Comment le temps qui passe affecte-t-il vos ovules ?

13/12/2019

mains oeufsComment le temps qui passe affecte-t-il vos ovules ?

Il y a une vérité indéniable : au fur et à mesure que l’âge avance, la qualité ainsi que la quantité d’ovules disponibles diminuent. Par conséquent, les embryons formés à partir de ces ovules sont moins à même de provoquer une grossesse…

 

Âge et métabolisme de l’ovule

Avec l’âge, l’ovule comme toutes les cellules du corps subit un ralentissement, une diminution de son activité métabolique. À l’intérieur de chaque cellule , et l’ovule en fait partie, il existe de petites structures appelées MITOCHONDRIES qui sont les « usines » à énergie . Les ovocytes (ovules) utilisent l’énergie afin de :

 

  • Réaliser les divisions cellulaires
  • Répartir les chromosomes d’une manière équilibrée lorsque les cellules sont divisées
  • Réaliser l’implantation de l’embryon dans l’utérus.

Pour que la fécondation et la division de l’ovule se déroulent correctement et donnent un embryon de bonne qualité, il est indispensable de disposer d’un métabolisme suffisamment actif et de niveaux d’énergie appropriés. C’est-à-dire qu’il faut disposer d’un nombre suffisant de mitochondries afin de produite la grande quantité d’énergie requise pour le développement embryonnaire.

Il a été démontré qu’avec l’âge, la capacité des mitochondries à produire toute l’énergie requise diminue considérablement. Lors d'un parcours PMA, Différents tests et techniques permettent de déterminer le nombre de mitochondries et leur activité, permettant ainsi de sélectionner l’embryon ayant le plus de possibilités de provoquer une grossesse

Quels traitements ?

FIV Don d’ovocytes (fécondation in vitro avec don d’ovules).

Il s'agit actuellement de la technique qui permet d’obtenir les meilleurs résultats. En effet pour cette technique nous utilisons des ovules de donneuses jeunes et en excellente santé permettant ainsi de régler le problème de l’effet de l’âge.

Techniques expérimentales de rajeunissement de l’ovule.

Leur efficacité n'est pas encore avérée. Il s’agit de techniques qui, en général, augmentent et potentialisent le contenu de mitochondries de l’ovule afin d’améliorer sa fonctionnalité et son potentiel de reproduction :

- Le transfert de noyaux. Le noyau (ADN) de la patiente est transféré vers l’ovule d’une donneuse, dont le noyau a été extrait préalablement. Ainsi, les mitochondries seront majoritairement jeunes (donneuse) et suffisamment actives.

- L'injection de mitochondries provenant d’ovules d’une donneuse dans les ovules de la patiente.

- L'injection de mitochondries provenant d’autres cellules de la patiente elle-même. (CSO = cellules souches ovariennes). Elles sont présentes dans les ovaires à des âges avancés, voire même à partir de 40 ans). 

Toutes ces techniques sont expérimentales : les connaissances actuelles sur la médecine mitochondriale sont actuellement  insuffisantes et n’offrent aucune garantie de grossesse. À ce jour le Don d’ovocytes  (fécondation in vitro avec les ovules d’une donneuse) reste l’alternative la plus sûre avec les meilleurs taux de grossesse. 

 

Ajouter un commentaire

Ce site utilise des cookies pour collecter des informations statistiques sur la navigation. Si vous continuez à naviguer, considérez que vous êtes d'accord avec son utilisation.   Plus information.

X